Il y a urgence à construire en accords avec notre environnement, la logique du label E+C- par de ce constat,

Terra Bois oeuvre dans ce sens depuis 2007 !

Constat :

Le secteur du bâtiment en France est le deuxième secteur le plus émissif après les transports (près de 30%).

Pour un bâtiment neuf, ces émissions de carbone se répartissent à part égale entre la construction et l’exploitation des bâtiments.

Le Directeur Energie Environnement du CSTB, schématise de la manière suivante :

«Un m2 de bâtiment, une tonne de carbone, la moitié pour la construction, la moitié pour l’exploitation»

Ce schéma est vrais pour toutes les constructions maçonnés MAIS n'est absolument pas valable pour une maison ossature bois passive, utilisant à la fois du bois local et des ressources renouvelables pour l'isolation comme nous vous le proposons !

C'est pourquoi les constructions visés en premier lieu par ce label sont toutes les constructions maçonnés, ce n'est pas pour autant que nous nous questionnons pas sur nos pratiques et que nous ne cherchons pas à les améliorer.

Introduction au E+C- :

Sa raison d'être est d'expérimenter la future réglementation thermique, qui devrait voir le jour en 2020. Les retours d'expérience dans le cadre d'E+C- permettront d'affiner les contours de cette RT, en terme de faisabilités technique et économique. A plus long terme, le but est de parvenir à généraliser les bâtiments à énergie positive (Bépos), ayant une empreinte carbone la plus réduite possible sur l'ensemble de leur cycle de vie, de la conception jusqu'à la démolition.

Méthodologie du label E+C-

Pour la partie énergie, quatre niveaux de performances ont été définis, s'appuyant sur un "Bilan Bépos". E+C- tient compte de tous les usages du bâtiment (dont les "autres usages" - parties communes, ascenseurs, parkings...). Pour rappel, la RT2012 s'appuyait 'seulement' sur cinq usages, à savoir chauffage, production d'eau chaude sanitaire, refroidissement, éclairage, auxiliaires (ventilateurs, pompes).

Les détails les plus techniques sont disponibles sur le site du ministère du Logement.

Les deux premiers seuils, "Energie 1" et "Energie 2", impliquent une amélioration de la performance énergétique à coût maîtrisé, par des mesures d'efficacité énergétique ou liées à la chaleur renouvelable.
à lire aussi

L'analyse du cycle de vie, l'enjeu clé de la future réglementation

L'atteinte du niveau "Energie 3" nécessitera un effort en termes d'efficacité énergétique du bâti et des systèmes et un recours important aux énergies renouvelables. D'après certaines sources, la future réglementation devrait se situer aux alentours de ce seuil-là.

Enfin, le niveau "Energie 4" correspond à un bâtiment à énergie positive (Bépos), c'est-à-dire dont le bilan énergétique est nul et qui contribue à la production d'énergie renouvelable à l'échelle du quartier.

Le label tient compte de l'empreinte carbone du bâtiment tout au long de son cycle de vie, en prenant comme base une durée de vie moyenne de 50 ans. Les niveaux "Carbone 1" et "Carbone 2" sont constitué de deux seuils chacun : les émissions de gaz à effet de serre sur l'ensemble du cycle de vie du bâtiment (Eges) et un sous-seuil constitué des émissions relatives aux produits de construction et équipements (Eges PCE).

"L'atteinte des niveaux 'Carbone 1' et 'Carbone 2' est déterminée par la comparaison de ces deux types d'émissions avec des niveaux d'émissions de gaz à effet de serre maximal définis", indique le ministère du Logement.

Un label qui en valide trois

Afin d’offrir une lecture plus simple, les labels BBCA et Effinergie 2017 sont obligatoirement associés à l’obtention préalable du label d’état E+C-. De ce fait, l’ensemble des règles et processus applicables au label E+C- sont également applicables aux labels BBCA et Effinergie 2017 qu’ils soient associés ou non à la certification HQE Bâtiment Durable certifié par Certivéa.

Dans ce cadre, votre demande de label E+C- vous permet de solliciter en complément et sans frais supplémentaires le label BBCA et/ou le label Effinergie 2017.

Ainsi :

Pour obtenir le label BBCA, il convient d’obtenir le label E+C- et de satisfaire aux seuils BBCA avec la possibilité de valoriser les leviers de stockage carbone et d’Innovation climat.

Pour bénéficier du label Effinergie 2017, il convient d’obtenir le label E+C- et d’atteindre au moins le niveau E2 et C1 dudit label et de satisfaire aux exigences additionnelles des règles techniques Effinergie.

Conclusion :

Le label part d'une bonne intention, promouvoir la construction durable et devrait mettre en avant tous les concepteurs soucieux de leur environnement.

Contrairement à d'autre référentiel le label à le mérite de prendre en compte "la quantité de matière biosourcée contenue dans la construction" et sa séquestration (temporaire) de carbone (= le stockage carbone) ainsi que "le recyclage des matériaux et produits de construction après la fin de leur utilisation dans le bâtiment", ( = potentiel de démontabilité et valorisation des matériaux après leur utilisation dans le bâtiment).

Qu'elle construction réponds parfaitement à ces critères ? les constructions en B... et non pas en béton en Bois !

Un bémol tout de même l'exploitation chauffage est calculé à partir du calcul réglementaire RT ... calcul obscure et approximatif ...

En faisant le choix d'une maison ossature bois utilisant du bois local, des matériaux bio-sourcé et d'un niveau de performance passive, ce que vous propose Terra Bois, vous êtes un acteur actif de la préservation de l'environnement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *